Les robes

Mariage : les robes des demoiselles d’honneur

On continue dans la série mariage, avec cette fois des petites choses cousues… Place aux robes des demoiselles d’honneur !

Les robes des demoiselles : la préparation

Comme je voulais le disais dans l’article consacré aux broderies du mariage, à l’annonce de celui-ci j’ai tout de suite eu plein d’idées, et coudre les tenues des enfants d’honneur était pour moi évident, d’autant que j’adore coudre des vêtements d’enfant !

Pour les filles, je voulais évidemment une jolie robe qui tourne… J’avais déjà repéré le modèle Cassandre de l’Enfant Roi, disponible du 2 au 10 ans. Même si j’avais bien conscience que tout cela allait me demander un peu de temps, je ne m’attendais pas à autant de revirements… Parce que coudre, à distance et un an à l’avance, des robes pour enfants, c’est un sacré pari !

J’ai commencé en septembre 2020 par coudre des « toiles » (étape censée pour tout projet de couture, mais qu’on a tendance à zapper, toi-même tu sais…) dans un coton bleu et avec une touche de liberty assorti pour avoir une meilleure idée du rendu.

J’ai pu essayer mes toiles sur mes petites mannequins modèles environ un mois après, et jusque là, tout allait bien : hormis l’ourlet à raccourcir pour l’une, tout est était ok… De mon côté, j’aimais beaucoup ce dos nu et ma nièce, elle, voulait repartir à l’école avec sa robe « toile » (en plein mois d’octobre, tout va bien !).

Les robes des demoiselles : la réalisation

Quelques mois après, je partais en expédition avec ma mère pour trouver le tissu idéal pour mes petites robes. J’ai finalement trouvé mon bonheur chez Mondial Tissus, où j’ai acheté pas moins de 4 mètres d’un crêpe envers satin (eh oui, les robes qui tournent, ça demande un peu de tissu…). Ce tissu avait l’avantage d’être à la fois lourd mais fluide, idéal pour ces robes.

Je me lançais donc dans la confection de mes deux robes en parallèle, l’une en taille 6 ans, l’autre en 10 ans, toujours à distance et sans vraiment avoir la possibilité de les essayer aux différentes étapes (oui, préparer un mariage en période de confinement, c’est un bonheur…).

Concernant le modèle, c’est un patron plutôt simple. J’ai trouvé les explications de L’Enfant Roi un peu sommaires, sans photo ni illustration. Cela nécessite d’avoir un peu de pratique en couture et de savoir où l’on va. Autrement, rien de compliqué mais beaucoup de fronces au niveau du bas de la robe, ce qui peut être un peu long (surtout quand on en est à la 4e robe, en comptant les toiles !).

Les robes des demoiselles : l’essayage

Là vous êtes en train de vous dire « Mais est-ce qu’on peut voir les photos du résultat ?! » Oui, j’y viens ! Mais avant le jour J, il a quand même fallu réessayer les robes. Et là, c’était un peu la déconvenue… Parce que oui, entre les toiles et l’essayage final, il s’était écoulé au moins 6 mois, et dans la vie (ou plutôt dans la taille) d’un enfant, c’est beaucoup…

Pour ma plus jeune nièce (6 ans), tout était bon, je n’avais même plus besoin de raccourcir l’ourlet. Mais pour ma plus grande nièce, qui n’a que 10 ans mais mesure déjà 1m50, autant vous dire que du 10 ans, c’est bien trop petit ! Seulement le patron de l’Enfant Roi ne taille pas plus grand…

Duo de robes avant l’essayage…

Je me suis donc lancée dans une gradation « maison » et totalement approximative. La largeur du corsage était plutôt bonne mais la longueur trop courte. J’ai décousu la jupe et refait un corsage en ajoutant 3 cm à celui-ci (eh, heureusement que le mariage était décalé hein…!).

En parallèle, je m’étais rendue compte que le tissu était légèrement transparent et que oui, on allait voir leur culotte… Ce qui clairement n’était pas envisageable ! Le corsage était doublé donc pas de souci, mais pour le bas de la robe, il fallait ajouter un jupon… J’ai donc acheté un voile de coton blanc et bricolé des jupons que j’ai ajouté directement à l’intérieur des robes.

Les robes des demoiselles : le jour J

Après avoir repris les robes, rallongé, doublé, fignolé, les derniers essayages étaient concluants et le jour J pouvait enfin arriver… Quel bonheur de voir mes nièces dans leurs robes et surtout de les voir toutes fières de les porter !

Pour ces tenues, je n’ai pas été la seule à travailler… Les robes étaient ouvertes dans le dos et le mariage initialement prévu en mai, aussi j’avais un peu peur qu’elles aient froid. Ma mère s’est tout de suite proposé pour leur tricoter un petit gilet assorti, à condition qu’il soit suffisamment court et qu’on voit le nœud en liberty (condition imposée par mes soins bien sûr…). Et comme toujours, elle a fait des miracles en tricotant deux petits boléros parfaitement adaptés (même en juillet, vive la météo de l’été 2021…).

© Juliette Devynck Photographies

Au final, et sans vouloir me jeter des fleurs, je trouve que les robes leur allaient parfaitement. Et je peux vous garantir qu’elles ont bien tourné !

© Juliette Devynck Photographies

To sew list

Patron : Robe Cassandre – L’Enfant Roi
Tissu principal : Crêpe envers satin – Mondial Tissus
Tissu contrastant : Liberty Tana Lawn Capel Marine – Stragier
Doublure : Voile de coton – Mondial Tissus
Boutons : boutons recouverts chez Afrim (anciennement Mireille Boutonnière)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.